Rêves inachevés

J’ai construit mes rêves

en fonction

de la réalité.

De là

où je suis,

ils m’apparaissent

bien petits,

voire minuscules,

quand je les observe

depuis les sommets.

J’avais

des rêves

trop grands

auparavant.

Démesurés

car j’y mettais

trop de monde

dedans.

C’était

si lourd

à porter,

si compliqué

à réaliser !

Je pensais

que le courage,

l’enthousiasme

et mes larges épaules,

suffiraient.

Hélas,

j’avais omis

qu’elles m’ont déjà,

moi,

à porter.

Mes beaux et grands rêves,

je vous aime !

Je ne vous abandonne pas !

Vous n’êtes

ni trop,

ni pas assez,

vous êtes parfaits pour moi !

Je vous laisse,

juste un temps,

de côté.

Promis,

nous nous retrouverons

dans l’avenir !

Et nous serons encore

plus forts !

Et nous serons encore

plus vivants !

Plus sûrs !

Plus affirmés !

Et plus matures aussi,

certainement…

 

1 commentaires

Brumes et brouillards...

1 commentaires

Ose

Il me donne envie

de passer trois jours complets

à lui faire l’amour.

C’est ce que mon corps

tout entier lui répond.

Sans tabou,

sans complexe,

ni question.

Juste poser les mains sur…

Les laisser glisser,

remonter, redescendre,

l’index,

le long de sa colonne,

du bout des doigts

effleurer,

jusqu’à sentir

vibrer

de la tête

aux pieds,

son corps

frissonne.

Ne pas cesser de caresser

le dos,

la nuque,

les reins…

Adoucir mes gestes

au fur et à mesure

du va-et-vient.

Les caresses se libèrent

beaucoup mieux

les yeux fermés,

elles explorent

le terrain nu

dans ses moindres détails,

sans nul doute,

sans hésiter,

elles recherchent la faille

qui fera hurler

le plaisir d’un désir,

le désir d’un plaisir,

sans nulle autre sagesse

seule, celles de mains habiles

s’abstenant de retenir,

laissant parler les gestes,

que les corps

s’expriment…

Enfin !

Parfois, faut-il

seulement

retenir l’ardeur,

adoucir encore

pour ressentir la chaleur

des deux corps

ne faisant plus qu’un.

Qu’il est exaltant ce rêve

où pour trois fois rien,

on cède sans regret.

Un interdit,

peut-être,

un jeu,

sûrement,

qu’il me suffit de peu

pour lui proposer…

 

0 commentaires

Photos et textes de Christelle Lefait

 Le Romelaëre (marais de Saint-Omer 62)